L'alginate ! ça faisait longtemps.

Alors du moulage de main c'est simple, mais en fait il y a des pièges. Surtout si on prépare beaucoup de volume d'alginate.

Ici près de 3 litres. J'ai fait un coffrage en carton mousse, puis scotché et enduit de cire de bougie l'intérieur, puis enroulé de film alimentaire que j'ai chauffé, pour le retirer car c'était nul, et enfin badigeonner de colle. Et après toutes ces opérations idiotes j'avais encore des fuites d'eau, mais c'était acceptable.

Directection la salle de bain pour ne pas en foutre partout. Avec l'assistance de ma copine (qui a aucun moment ne s'est moquée de moi), on a préparé l'alginate. Comme je n'ai pas eu la patience de tamiser la poudre, j'ai été confronté aux grumeaux !

Mais à ce stade plus le temps de faire marche arrière, je plonge le bras dans le mélange.

 

Moulage-main-alginate

Après dix minutes la gélification est faite, je peux me libérer de ce bloc.

Ensuite c'est la phase du tirage, une estimation hasardeuse me fait dire que je vais avoir besoin d'un bon kilo de plâtre. Ne soyons pas pingre, et pour ce projet usons du plâtre Staturoc (blanc, fin super dur, et tout et tout).

Couler-platre-staturoc-alginate

On laisse prendre une bonne heure, on peut faire plus court, mais il y a le risque de se péter le petit doigt. Celui du tirage quoi.

Etape suivante LE DEMOULAGE (en majuscule ça impressionne plus)

Ouverture-bloc-alginate

Demoulage-main-moule-alginate

Main-alginate-Metal

WOuahhhhhh ^^ c'est trop beau, on voit tout le détail des grumeaux sur la peau ! Je ressemble à un crapaud du métal.

Moralité : dans le moulage ce qui compte c'est la patience !

Solution à ces horeurs : le dermatologue. Avec un bon scalpel (ou cutter) il n'y a plus qu'à gratter. Et s'il y a des trous à cause des bulles, alors on rebouche avec du staturoc et à l'aide d'une spatule. Voilà après quelques soins ce que j'ai obtenu.

main-platre-staturoc

Metal-main-moule